Feux de paille : jeunes colombes et vieux messieurs sur les écrans

Télécharger
PLV11 - 24 04 18 - Arbogast
A3_PLV_24-4-2018_1.pdf
Document Adobe Acrobat 770.6 KB

Mathieu ARBOGAST, sociologue, CEMS, Institut Marcel Mauss, EHESS, Paris

Discutant : Mathieu de WASSEIGE, docteur en langues et lettres, cultural studies, télévision studies, IHECS, Bruxelles

 

 

Mardi 24 avril 2018 de 12 à 14 heures 

Institut de Sociologie ULB, Avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelles

Salle Janne (15ème étage)

 

Entrée libre

 

 

 

Jeunes femmes et vieux messieurs. En forçant le trait, les fictions télévisées peuvent être résumées de cette manière.

Les séries télévisées occupent une part considérable de la programmation. Elles contribuent fortement à nos représentations et à notre imaginaire. Elles existent aussi en tant que secteur économique et marché de l'emploi, dont les acteurs et actrices sont la partie visible. Cet objet trivial, familier, combine de deux manières différentes les inégalités qui frappent les femmes lorsqu'elles avancent en âge. Le seuil des 50 ans n'est pas seulement symbolique, car la proportion de comédiennes diminue drastiquement au-dessus de cet âge. Peu représentées à l'écran, contrairement aux hommes de 50 ou même 70 ans, les femmes subissent alors une deuxième inégalité. Car elles sont souvent représentées de manière plus négative, et leurs personnages renvoient l'idée que la sexualité n'est plus de leur âge. Cette double peine relativise l'idée d'une télévision plus féminine et égalitaire que par le passé, et met en évidence que malgré l'existence indéniable de personnages féminins forts et positifs, à grande échelle la télévision continue de mettre en scène des inégalités de genre importantes, dans lesquelles l'âge des femmes est une question centrale.