Vieillir aujourd'hui. Des mo(n)des recomposés ?

Carbonnelle, S., Joly, D., (eds), 2018

Louvain-la-Neuve, Academia

 

 

La vieillesse s’est-elle modifiée ou est-ce le regard posé sur elle qui a changé ? La multiplication récente d’études a enrichi la connaissance du phénomène et ouvert la voie à d’autres discours que celui de l’alarmisme ambiant.

 

Cet ouvrage, conçu à partir de trois années du séminaire Penser les vieillesses, propose d’interroger l’évolution et la diversité des formes du vieillir. Il examine la manière dont la période contemporaine, les lieux et les espaces, les milieux sociaux et les conditions de vie, le genre et les normes morales configurent des vieillesses différenciées et des mondes en recomposition permanente.

 

Qu’est-ce qui a changé dans la manière de vieillir depuis le baby-boom ? Qu’en est-il de la puissance ou de la faiblesse des solidarités familiales ? Comment la migration à la retraite ou l’attachement à un territoire modulent-ils l’expérience du vieillir ? Quels effets la classe sociale produit-elle sur le processus de vieillissement ? En quoi les représentations liées au corps vieillissant jouent-elles sur les processus identitaires ? Ces questions concernent aussi et inévitablement l’ensemble d’une société en profonde mutation.


Le vieillissement actif dans tous ses éclats

Moulaert Th., Carbonnelle, S., Nisen  L. (eds), 2014

Louvain, Presses Universitaires de Louvain

 

 

Fruit d’une réflexion pluridisciplinaire, il éclaire d’une lumière particulière les grandes interrogations que pose le vieillissement dans un environnement qui en recule chaque jour les frontières. Si la vieillesse se pense de moins en moins sous le seul angle du déclin, l’aspiration des aînés à participer de manière active aux choses de la Cité le plus longtemps possible surprend souvent, interpelle parfois, réjouit toujours. Leur maintien plein et entier dans la société prend une coloration différente selon les populations et les personnes.

C’est le mérite de cet ouvrage que d’avoir privilégié les regards croisés de différentes disciplines et la recherche sur le terrain pour en banaliser les multiples facettes. Il montre qu’à l’heure où la promotion de l’activité accompagne fréquemment l’avancée en âge, c’est plus fondamentalement le sens de cette articulation entre vieillissement et activité qui mérite d’être éclairé car il n vaut pas pour tous et dans toutes les situations.

Ce «  vieillissement actif dans tous ses éclats » nous invite à faire le pari de nos capacités individuelles et collectives à vivre plus longtemps, mieux et ensemble.


Quelles méthodes pour mesurer et décrire les enjeux du vieillissement en matière d’entraide?

Carbonnelle S., Eggerickx T., Flohimont V., Perelman, S., Vandenhooft A. (eds), 2017.
Namur, Presses universitaires de Namur, Coll. Univer’Cité.

 

 

Vieillissement et entraide

Quelles méthodes pour décrire et mesurer les enjeux ?

Le vieillissement de la population wallonne impliquera des modifications de l’organisation de la société, en raison notamment de l’augmentation attendue des besoins d’entraide interpersonnelle. Afin de contribuer à la définition et à la mise en oeuvre d’une politique publique adaptée, les acteurs de la recherche gagnent à s’affranchir des barrières disciplinaires traditionnelles pour permettre une meilleure saisie de la complexité. Il s’agit de faire dialoguer les disciplines entre elles, voire de les croiser, pour proposer une meilleure prise en compte de tous les aspects des questions qui se posent.

Le but de cet ouvrage est de présenter un ensemble de méthodes utilisées pour étudier les multiples enjeux posés par la transition démographique en matière d’entraide. Il permet de cerner les apports et les limites de différentes approches méthodologiques (quantitatives et qualitatives) et disciplines (droit, sociologie, économie, démographie, santé, étc.) ainsi que certaines des difficultés suscitées par le travail multidisciplinaire comme par exemple, celle de la recherche d’un langage commun.

Il contient une mise en perspective de réalités - démographiques, économiques, juridiques et historiques - et des analyses de méthodes utilisées pour identifier les enjeux du futur et définir les stratégies politiques, sociales et familiales qui permettront d’y répondre.


Penser les vieillesses. Regards sociologiques et anthropologiques sur l’avancée en âge.

Carbonnelle, S. (ed.), 2010.
Paris, Seli Arslan.

 

 

Le vieillissement de la population est devenu une vive préoccupation des Etats modernes, couramment énoncée en termes de « problème majeur » auquel sont confrontées nos sociétés contemporaines. A une autre échelle, une multitude de discours médico-sanitaires incitent la population à « prévenir le vieillissement individuel », à le « réussir », telle une nouvelle injonction morale, comme si vieillir se réduisait inéluctablement à une perte d’autonomie, de rôle et à une « diminution de soi ».

A distance de ce type de perspective alarmiste, cet ouvrage rassemble une variété d’études issues pour la plupart de recherches de terrain dans le champ de la sociologie et de l’anthropologie de la vieillesse. Il propose un éclairage tant des représentations culturelles de cet âge de la vie que des catégorisations institutionnelles qui en sont faites. Il se penche sur la diversité des pratiques et des expériences liées à l’avancée en âge (formation, retraite, veuvage, entraide, hébergement en maison de retraite, grand-parentalité) en interrogeant processus sociétaux et individuel par lesquels se construit le « vieillissement ».

Cet ouvrage invite le lecteur à « penser les vieillisses » dans la multitude de leurs formes et la diversité des parcours de vie afin de mieux cerner les enjeux sociétaux réels de l’allongement de la vie. Il s’adresse aux chercheurs, aux enseignants et étudiants en sciences sociales, aux professionnels du champ de la santé et de la vieillesse ainsi qu’à tout citoyen intéressé par l’analyse des modalités du vieillir et des significations données à cet âge de la vie.