Séminaire  "Penser les vieillesses"

Covid-19 en MR-S. L'emprise de la crise


Nos séminaires "Penser les vieillesses" s'adressent aux chercheurs, aux enseignants, aux étudiants, aux citoyens ainsi qu'à tout professionnel concerné par les vieillesses et l'avancée en âge des personnes. L'intitulé du thème retenu pour les années 2021-2022 est : "COVID-19 en MR-S. L’emprise de la crise". Bienvenue à tous ... En présentiel ou à distance suivant l'évolution de la situation sanitaire et sur inscription en ces temps de pandémie !





 

Un clic pour le suivi de la programmation !



Les inégalités sociales et spatiales de mortalité liées à la Covid-19

Télécharger
PLV14 - 21 10 11 - Bourguignon-Eggerickx
A3_PLV2021-11oct_2.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

Mélanie BOURGUIGNON, aspirante FNRS,  et Thierry EGGERICKX, directeur de recherche FNRS, démographes, Centre de recherche en démographie, UCLouvain

 

Lundi 11 octobre 2021 de 12 à 14 heures 

Gratuit et sur inscription (nombre de places limité)

En présentiel. Voir plan d'accès.

En visioconférence au cas où la situation sanitaire nous y obligerait.

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion.


Résumé

La mortalité liée à la Covid-19 se calque-t-elle sur les inégalités sociales et spatiales de mortalité générale existantes, ou définit-elle ses propres déséquilibres ? Ces disparités sont-elles les mêmes au cours des premières deux vagues ? Quelles sont les répercussions de la pandémie en termes d’espérance de vie ? Et la pandémie touche-t-elle équitablement toutes les classes sociales ou, au contraire, amplifie-t-elle des inégalités déjà présentes auparavant ? Spatialement, la première et la deuxième vagues affichent des distributions différentes. Les foyers principaux lors de la première vague sont les arrondissements de Mons, Bruxelles et la province du Limbourg avec une surmortalité très marquée. Lors de la deuxième vague, les foyers principaux sont moins marqués et apparaissent essentiellement dans les espaces frontaliers. Lors des pics de mortalité, un gradient social apparaît, le groupe le plus défavorisé étant le plus impacté lors des deux vagues. Toutefois, à partir de 80 ans, le gradient social s’inverse, la surmortalité étant plus élevée pour le groupe le plus favorisé.  Au-delà de ces résultats se pose la question de l’impact de l’épidémie à moyen et long terme sur la mortalité. La pandémie COVID-19 n’aura-t-elle qu’un effet éphémère sur l'espérance de vie, qui a chuté d'une année en moyenne entre 2019 et 2020 ? Celle-ci reviendra-t-elle très vite à son niveau antérieur, au même titre que les différences sociales ? Un certain nombre de paramètres suggèrent que l’empreinte de la pandémie sur la mortalité et ses inégalités sociales pourrait être plus durable.