Séminaire  "Penser les vieillesses"

Covid-19 en MR-S. L'emprise de la crise


Nos séminaires "Penser les vieillesses" s'adressent aux chercheurs, aux enseignants, aux étudiants, aux citoyens ainsi qu'à tout professionnel concerné par les vieillesses et l'avancée en âge des personnes. L'intitulé du thème retenu pour les années 2021-2022 est : "COVID-19 en MR-S. L’emprise de la crise". Bienvenue à tous ... En présentiel ou à distance suivant l'évolution de la situation sanitaire et sur inscription en ces temps de pandémie !





 

Un clic pour le suivi de la programmation !



Quelle expérience de la pandémie dans les EMS ? Les cinq composantes d’une épreuve « totale » et ses conséquences sur l’ordinaire d’une forme de vie

Télécharger
PLV14 - 22 05 09 - Malbois
A3_PLV2022-9mai.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

Fabienne MALBOIS, sociologue, chargée de recherche à la Haute école de travail social et santé Lausanne (HES-SO) et chercheuse associée au THEMA, Université de Lausanne
Discutante : Blanche LEIDER, sociologue, Maison de Repos Nuance, Bruxelles

 

Lundi 9 mai 2022 de 12 à 14 heures 

Gratuit et sur inscription

En présentiel, voir plan d'accès

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion. 


La crise sanitaire engendrée par le SARS-CoV-2, en particulier durant les premières vagues de la pandémie, a profondément modifié le rapport à son corps et à celui des autres, entraînant une recomposition des relations sociales et du rapport au monde environnant. Ce genre de recomposition a touché de plein fouet les établissements médico-sociaux (EMS), ou EHPAD ou MRS, non seulement parce que le care institutionnel qui s’y déploie, un travail du corps essentiellement, devient problématique dès lors que le virus se transmet par le contact et dans la contiguïté, mais aussi en raison de la contagiosité importante du virus dans des lieux de vie collective où résident des personnes âgées dépendantes, souvent porteuses de comorbidités.

Empruntant la voie ouverte par Anne Gonon (2018) pour penser le mouvement de vulnérabilisation qui saisit, dans l’espace où surgit la catastrophe, le lieu et les personnes qui y coexistent, ma présentation va aborder la pandémie et les mesures prises pour l’endiguer comme une épreuve qui a le pouvoir de défaire la forme de vie qui s’organise au sein d’un EMS. Prenant appui sur une enquête exploratoire menée en janvier 2021 dans deux établissements de Suisse romande, je vais m’attacher à décrire les cinq composantes de cette épreuve : (1) prendre soin dans une vie collective avec le virus ; (2) s’éprouver vivant et s’émouvoir ; (3) pourvoir à la survie, protéger les vulnérables ; (4) soutenir une « vie vivable » ; (5) étiolement de la forme. Comme on le verra, chacune de ces composantes exprime une certaine manière de signifier « ce qui a trait à la “vie” » (Fontanille, 2015) et est structurée par un partage spécifique entre le « social » et le « vital ». 

Fabienne


Maintenir le(s) lien(s) ? Médiations numériques par et pour les résidents de maisons de retraite en période pandémique

Télécharger
PLV14 - 22 04 28 - Humbert-Sueur-Lemaire
A3_PLV2022-28avril.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

Ce séminaire CDCS trouve place dans le cadre de la semaine de l'intergénération 2022

Christophe HUMBERT, sociologue, PSInstitut, LinCS, Université de Strasbourg
Cédric SUEUR, éthologie, IPHC, Université de Strasbourg ; Anthropolab, ETHICS, Université de Catholique de Lille
Célia LEMAIRE, enseignante-chercheuse en sciences de gestion, HuManiS, EM Strasbourg, Université de Strasbourg
Discutant : Alain LOUTE, professeur d'éthique clinique, Faculté de Médecine, UCLouvain

 

Jeudi 28 avril 2022 de 12 à 14 heures 

Gratuit et sur inscription

En présentiel, voir plan d'accès

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion. 


Notre présentation vise à rendre compte des résultats de la recherche interdisciplinaire « Innovehpad » portant sur les usages des dispositifs numériques pour soutenir le lien social des résidents vivant en EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) durant les périodes de confinement liées à la crise sanitaire démarrée en 2020. Nous abordons d'abord la pluralité des réseaux de socialisation des résidents, qui dépassent les seuls liens intrafamiliaux. Nous examinons ensuite les types de liens qui ont été nourris au travers des dispositifs numériques, distinguant notamment des liens "substantiels" des liens "artificiels". Nous montrons enfin que le maintien des liens sociaux des résidents via les dispositifs numériques nécessite une (inter)médiation humaine assurée par les personnels soignants et soutenus par des dispositifs organisationnels adaptés.

 

Célia, Cédric, Christophe


Vécus et représentations de l’épidémie de COVID-19 chez les personnes âgées autonomes : regards sur les Résidences Autonomies en France

Télécharger
PLV14 - 22 03 29 - Denise
A3_PLV2022-29mars_2.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

Thomas DENISE, docteur en sociologie, 2L2S, Université de Lorraine, Nancy
Discutante : Valentine CHARLOT, psychologue, Le Bien Vieillir asbl à Namur - Centre d'expertise en vieillissement (travail clinique, recherches de terrain, développement d'un lieu de vie innovant)

 

Mardi 29 mars 2022 de 12 à 14 heures 

En visioconférence, gratuit et sur inscription

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion. 


À l’instar de la canicule de 2003, la pandémie de COVID-19 a suscité une prise de conscience de la vulnérabilité et de l’isolement de nombreuses personnes âgées. Alors que plusieurs études ont été réalisées sur les résidents des EHPADs (notamment « Covidehpad » en France), la situation des personnes âgées autonomes demeure encore peu étudiée. Dans le cadre d’une recherche en cours sur le vécu de l’épidémie par les personnes âgées de 65 ans et plus au domicile (étude Covidomicile – Fondation de France - 2L2S, Nancy), nous discuterons ici de la façon dont la crise sanitaire est venue perturber les logiques en place dans les Résidences Autonomies (RA) pour personnes âgées non dépendantes. Les entretiens menés auprès de résidents de ces établissements montrent une transformation des dynamiques collectives entre résidents (relations de voisinage, solidarité interpersonnelle, activités collectives, etc.), mais aussi du rôle de l’institution : alors qu’elles sont dédiées à la prévention de la perte d’autonomie par la mise en œuvre de prestations délivrées par l’établissement (appartements, restauration collective, animations, sorties, etc.), les RA se sont vues transformées en lieux d’isolement qui, paradoxalement, ont contribué à accélérer l’entrée dans la vieillesse et le vieillissement. On verra cependant que certains résidents ont déployé des stratégies visant à maintenir leur identité et à préserver une image positive d’eux-mêmes en dépit des perturbations institutionnelles. 


Comment la COVID 19 resserre-t-elle les murs des MR-S et interroge-t-elle l’éthique des soignants ?

Télécharger
PLV14 - 22 02 10 - Mahieu-Defraine
A3_PLV2022-10fev_1.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

Céline MAHIEU, sociologue, Centre Approches sociales de la santé, ESP-ULB
Fabian DEFRAINE, sociologue, Centre Approches sociales de la santé, ESP-ULB et UDR, HELB, Bruxelles
Discutant : Franck DEVAUX, éthicien, PHI, Pôle de recherche en éthique appliquée (PREA), ULB, et HUDERF, Bruxelles

 

Jeudi 10 février 2022 de 12 à 14 heures 

Gratuit et sur inscription (nombre de places limité)

En présentiel. Voir plan d'accès.

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion. En cas d'évolution des consignes sanitaires, la séance se déroulerait en visioconférence.


Résumé

 

 

La pandémie de Covid-19 a profondément impacté les institutions de soins et plus particulièrement les maisons de repos.  Ces dernières ont, dans un même mouvement, tenté de protéger et d’isoler les résidents. La première partie de ce séminaire sera consacrée aux effets de cette crise sur les liens avec la première et la deuxième lignes de soins ainsi qu’à la transformation des rapports avec les familles. Les intervenants proposeront de tenter de comprendre comment les soignants en MR – MRS ont traversé la première vague et quels sont les obstacles auxquels ils ont été confrontés.  Le concept d’institution totale de Goffman sera également mobilisé pour éclairer les conséquences de cette situation et en quoi il questionne plus largement ces structures d’hébergement et de soins. 

La deuxième partie du séminaire s’attachera notamment à analyser le contexte de la relation avec le patient. Dans la plupart des professions de soins, celle-ci est à la fois objet du travail (la construction de la relation fait partie des soins) et outil de travail (la délivrance des soins nécessite une bonne relation avec les patients et les collègues).  En la matière, une éthique pratique se développe, dont les principes s'acquièrent au fil des socialisations et des expériences successives. Le collectif de travail y joue le plus souvent un rôle essentiel. Or, dans les maisons de repos, la crise a réinterrogé, parfois bousculé ces principes, tout en amenuisant les temps et les espaces de collaboration autour de ces questions. Ils s'intéresseront ainsi à l'impact de la crise sur l'éthique de la relation au résident et sur le bien-être professionnel des soignants en maison de repos. 


Ce que la pandémie a fait au conflit travail-famille chez les personnels de l’accompagnement à domicile : entre facteurs aggravants et occasions d’amélioration

Télécharger
PLV14 - 21 11 16 - Casini
A3_PLV2021-16nov_1.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

Annalisa CASINI, professeure, IPSY et CIRTES, UCLouvain

 

Discutante : Chiara GIORDANO, sociologue, GERME, ULB

 

Mardi 16 novembre 2021 de 12 à 14 heures 

Gratuit et sur inscription (nombre de places limité)

En présentiel. Voir plan d'accès.

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion.


Résumé

 

Les métiers de l’accompagnement à domicile, très majoritairement composés de femmes, sont un maillon incontournable de la chaîne de l’aide et des soins. Pourtant, ils sont exposés à un déficit durable de reconnaissance dû, entre autres, à la moindre valorisation du care par rapport au cure, au discours vocationnel genré sur ces métiers, à l’absence des femmes (majoritaires dans la main d’œuvre) au niveau décisionnel et à l’invisibilisation de celles issues des catégories marginalisées dans les luttes. Ces métiers se caractérisent aussi par un taux élevé de turnover qui pèse sur les services. 

En nous focalisant sur ces métiers, nous avons récemment mené une vaste étude appelée Honeypot* (HOmecare Nurses EmPOwerment and Turnover) dont l’objectif général était de cerner les éléments du contexte professionnel qui permettent de prédire le turnover, la santé et le bien-être des travailleur·euses. 

Lors de cette présentation, nous nous attarderons sur un volet de cette étude visant spécifiquement à comprendre quel a été l’impact, dans un tel contexte, de la crise du COVID-19, sur les travailleur·euses et à étudier leurs stratégies individuelles et collectives pour y faire face. Dans ce volet nous mobilisons, entre autres, le concept de conflit famille-travail qui fait appel aux notions de rôles de genre, de facteurs de risque psycho-sociaux et de soutien social. En nous basant sur des données quantitatives collectées avant et après le premier confinement dû à la COVID-19 ainsi que sur des échanges eus avec certaines figures clés du secteur (représentants de fédérations, dirigeants d’entreprise, syndicats, etc.) nous montrerons que, si dans un premier moment, la pandémie à eu tendance à aggraver la situation des travailleur·euses, elle a par la suite constitué une occasion précieuse pour viser une certaine amélioration des situations de conflit travail-famille. 

 

* Honeypot est une étude financée par la FASD et la CNE, menée par Annalisa Casini, Florence Degavre, Donatienne Desmette et Patricia Melotte (CIRTES/UCLouvain).


Les inégalités sociales et spatiales de mortalité liées à la Covid-19

Télécharger
PLV14 - 21 10 11 - Bourguignon-Eggerickx
A3_PLV2021-11oct_2.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

Mélanie BOURGUIGNON, aspirante FNRS,  et Thierry EGGERICKX, directeur de recherche FNRS, démographes, Centre de recherche en démographie, UCLouvain

 

Lundi 11 octobre 2021 de 12 à 14 heures 

Gratuit et sur inscription (nombre de places limité)

En présentiel. Voir plan d'accès.

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion.


Résumé

La mortalité liée à la Covid-19 se calque-t-elle sur les inégalités sociales et spatiales de mortalité générale existantes, ou définit-elle ses propres déséquilibres ? Ces disparités sont-elles les mêmes au cours des premières deux vagues ? Quelles sont les répercussions de la pandémie en termes d’espérance de vie ? Et la pandémie touche-t-elle équitablement toutes les classes sociales ou, au contraire, amplifie-t-elle des inégalités déjà présentes auparavant ? Spatialement, la première et la deuxième vagues affichent des distributions différentes. Les foyers principaux lors de la première vague sont les arrondissements de Mons, Bruxelles et la province du Limbourg avec une surmortalité très marquée. Lors de la deuxième vague, les foyers principaux sont moins marqués et apparaissent essentiellement dans les espaces frontaliers. Lors des pics de mortalité, un gradient social apparaît, le groupe le plus défavorisé étant le plus impacté lors des deux vagues. Toutefois, à partir de 80 ans, le gradient social s’inverse, la surmortalité étant plus élevée pour le groupe le plus favorisé.  Au-delà de ces résultats se pose la question de l’impact de l’épidémie à moyen et long terme sur la mortalité. La pandémie COVID-19 n’aura-t-elle qu’un effet éphémère sur l'espérance de vie, qui a chuté d'une année en moyenne entre 2019 et 2020 ? Celle-ci reviendra-t-elle très vite à son niveau antérieur, au même titre que les différences sociales ? Un certain nombre de paramètres suggèrent que l’empreinte de la pandémie sur la mortalité et ses inégalités sociales pourrait être plus durable.