Séminaire  "Penser les vieillesses"

Covid-19 en MR-S. L'emprise de la crise


Nos séminaires "Penser les vieillesses" s'adressent aux chercheurs, aux enseignants, aux étudiants, aux citoyens ainsi qu'à tout professionnel concerné par les vieillesses et l'avancée en âge des personnes. L'intitulé du thème retenu pour les années 2021-2022 est : "COVID-19 en MR-S. L’emprise de la crise". Bienvenue à tous ... En présentiel ou à distance suivant l'évolution de la situation sanitaire et sur inscription en ces temps de pandémie !





 

Un clic pour le suivi de la programmation !



Ce que la pandémie a fait au conflit travail-famille chez les personnels de l’accompagnement à domicile : entre facteurs aggravants et occasions d’amélioration

Télécharger
PLV14 - 21 11 16 - Casini
A3_PLV2021-16nov_1.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

Annalisa CASINI, professeure, IPSY et CIRTES, UCLouvain

 

Discutante : Chiara GIORDANO, sociologue, GERME, ULB

 

Mardi 16 novembre 2021 de 12 à 14 heures 

Gratuit et sur inscription (nombre de places limité)

En présentiel. Voir plan d'accès.

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion.


Résumé

 

Les métiers de l’accompagnement à domicile, très majoritairement composés de femmes, sont un maillon incontournable de la chaîne de l’aide et des soins. Pourtant, ils sont exposés à un déficit durable de reconnaissance dû, entre autres, à la moindre valorisation du care par rapport au cure, au discours vocationnel genré sur ces métiers, à l’absence des femmes (majoritaires dans la main d’œuvre) au niveau décisionnel et à l’invisibilisation de celles issues des catégories marginalisées dans les luttes. Ces métiers se caractérisent aussi par un taux élevé de turnover qui pèse sur les services. 

En nous focalisant sur ces métiers, nous avons récemment mené une vaste étude appelée Honeypot* (HOmecare Nurses EmPOwerment and Turnover) dont l’objectif général était de cerner les éléments du contexte professionnel qui permettent de prédire le turnover, la santé et le bien-être des travailleur·euses. 

Lors de cette présentation, nous nous attarderons sur un volet de cette étude visant spécifiquement à comprendre quel a été l’impact, dans un tel contexte, de la crise du COVID-19, sur les travailleur·euses et à étudier leurs stratégies individuelles et collectives pour y faire face. Dans ce volet nous mobilisons, entre autres, le concept de conflit famille-travail qui fait appel aux notions de rôles de genre, de facteurs de risque psycho-sociaux et de soutien social. En nous basant sur des données quantitatives collectées avant et après le premier confinement dû à la COVID-19 ainsi que sur des échanges eus avec certaines figures clés du secteur (représentants de fédérations, dirigeants d’entreprise, syndicats, etc.) nous montrerons que, si dans un premier moment, la pandémie à eu tendance à aggraver la situation des travailleur·euses, elle a par la suite constitué une occasion précieuse pour viser une certaine amélioration des situations de conflit travail-famille. 

 

* Honeypot est une étude financée par la FASD et la CNE, menée par Annalisa Casini, Florence Degavre, Donatienne Desmette et Patricia Melotte (CIRTES/UCLouvain).


Les inégalités sociales et spatiales de mortalité liées à la Covid-19

Télécharger
PLV14 - 21 10 11 - Bourguignon-Eggerickx
A3_PLV2021-11oct_2.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

Mélanie BOURGUIGNON, aspirante FNRS,  et Thierry EGGERICKX, directeur de recherche FNRS, démographes, Centre de recherche en démographie, UCLouvain

 

Lundi 11 octobre 2021 de 12 à 14 heures 

Gratuit et sur inscription (nombre de places limité)

En présentiel. Voir plan d'accès.

A la suite de votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion.


Résumé

La mortalité liée à la Covid-19 se calque-t-elle sur les inégalités sociales et spatiales de mortalité générale existantes, ou définit-elle ses propres déséquilibres ? Ces disparités sont-elles les mêmes au cours des premières deux vagues ? Quelles sont les répercussions de la pandémie en termes d’espérance de vie ? Et la pandémie touche-t-elle équitablement toutes les classes sociales ou, au contraire, amplifie-t-elle des inégalités déjà présentes auparavant ? Spatialement, la première et la deuxième vagues affichent des distributions différentes. Les foyers principaux lors de la première vague sont les arrondissements de Mons, Bruxelles et la province du Limbourg avec une surmortalité très marquée. Lors de la deuxième vague, les foyers principaux sont moins marqués et apparaissent essentiellement dans les espaces frontaliers. Lors des pics de mortalité, un gradient social apparaît, le groupe le plus défavorisé étant le plus impacté lors des deux vagues. Toutefois, à partir de 80 ans, le gradient social s’inverse, la surmortalité étant plus élevée pour le groupe le plus favorisé.  Au-delà de ces résultats se pose la question de l’impact de l’épidémie à moyen et long terme sur la mortalité. La pandémie COVID-19 n’aura-t-elle qu’un effet éphémère sur l'espérance de vie, qui a chuté d'une année en moyenne entre 2019 et 2020 ? Celle-ci reviendra-t-elle très vite à son niveau antérieur, au même titre que les différences sociales ? Un certain nombre de paramètres suggèrent que l’empreinte de la pandémie sur la mortalité et ses inégalités sociales pourrait être plus durable.


Consignes sanitaires d’application dans le cadre des prochains séminaires

Consignes applicables au 30 septembre 2021 et sujettes à modification

 

  • Les séminaires avec public extérieur sont autorisés sur les sites de l’ULB.
  • Les règles de distanciation sociale y sont d’application. (<---> : 1,50 m). Pour y répondre, nous accueillerons les participants suivant l'ordre d'arrivée des inscriptions. Prière de se désinscrire en cas d'indisponibilité.
  • La circulation dans le bâtiment S se fait à sens unique. Par les escaliers (15 étages) : côté ascenseurs à la montée ; côté monte-charge à la descente.  Les ascenseurs sont à utiliser seul ; le monte-charge à 4 maximum. Prière d’adapter votre heure d’arrivée à ces éléments ‘freinants’.
  • Chacun se présentera en possession de son masque personnel.
  • Le port du masque est obligatoire durant le séminaire, dans les bâtiments de l’ULB et sur les campus, même à l'extérieur.
  • Du gel désinfectant est disponible dans le hall d’entrée du bâtiment S et à l’entrée de la salle Janne.
  • La salle sera aérée en permanence.
  • Nous ferons l'impasse sur le café.