Carbonnelle, S. (ed.), 2010.

Penser les vieillesses. Regards sociologiques et anthropologiques sur l’avancée en âge.
Paris, Seli Arslan.

 

 

Le vieillissement de la population est devenu une vive préoccupation des Etats modernes, couramment énoncée en termes de « problème majeur » auquel sont confrontées nos sociétés contemporaines. A une autre échelle, une multitude de discours médico-sanitaires incitent la population à « prévenir le vieillissement individuel », à le « réussir », telle une nouvelle injonction morale, comme si vieillir se réduisait inéluctablement à une perte d’autonomie, de rôle et à une « diminution de soi ».

A distance de ce type de perspective alarmiste, cet ouvrage rassemble une variété d’études issues pour la plupart de recherches de terrain dans le champ de la sociologie et de l’anthropologie de la vieillesse. Il propose un éclairage tant des représentations culturelles de cet âge de la vie que des catégorisations institutionnelles qui en sont faites. Il se penche sur la diversité des pratiques et des expériences liées à l’avancée en âge (formation, retraite, veuvage, entraide, hébergement en maison de retraite, grand-parentalité) en interrogeant processus sociétaux et individuel par lesquels se construit le « vieillissement ».

Cet ouvrage invite le lecteur à « penser les vieillisses » dans la multitude de leurs formes et la diversité des parcours de vie afin de mieux cerner les enjeux sociétaux réels de l’allongement de la vie. Il s’adresse aux chercheurs, aux enseignants et étudiants en sciences sociales, aux professionnels du champ de la santé et de la vieillesse ainsi qu’à tout citoyen intéressé par l’analyse des modalités du vieillir et des significations données à cet âge de la vie.