Penser les vieillesses

PROGRAMME 2024 - SAISON 15

Accompagner  après le Covid : une réalité bousculée ?


Participation gratuite et sur inscription :

envoyez-nous un e-mail avec vos nom, prénom et date du séminaire.

Lieu :

ULB - Institut de Sociologie (bâtiment S du campus Solbosch)

Avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelle

Salle Henri Janne (15e niveau)

Voir plan d'accès.

Organisation et contact :

Valéry MUCO / 02/650 67 01

cdcs@ulb.be

 

Responsables scientifiques :

Sylvie CARBONNELLE & Pierre LANNOY

 



Résumé

Rachida BENSLIMAN, chercheuse en santé publique, analysera l'impact de la participation aux processus décisionnels sur la santé et le bien-être des travailleuses de l'aide et des soins à domicile, dans un contexte socio-politique d'Ageing in place.

 

Les résultats de trois études scientifiques réalisées en Wallonie ont montré une exacerbation des conditions de travail défavorables due à une organisation de travail exigeante, dans des services visant principalement à répondre aux demandes des bénéficiaires.

Ceci impacte négativement la santé mentale et physique des travailleuses et la relation au Care.

Ces résultats décrivent le potentiel bénéfique de la participation dans la régulation des tensions et l'amélioration de leur santé et bien-être.

L'étude propose un modèle théorique de santé au travail appelé "Squeezed Lemon Model" et des recommandations pratiques pour les acteurs de terrain et les politiques.

 

Bienvenue à tous·tes

Inscription souhaitée



Au moment où il réside en France un consensus autour de l'aspiration des citoyens à vieillir à domicile, il existe une contradiction entre discours politique et moyens publics mis en œuvre pour y parvenir.

Le sociologue du vieillissement Daniel REGUER aborde cette problématique lors du séminaire Penser les vieillesses du lundi 6 mai 2024.

Le Centre de Diffusion de la Culture Sanitaire vous convie à son séminaire qui aura lieu à l'Institut de Sociologie de l'ULB de 12h à 14h. Voir plan d'accès.

 

Résumé 

D’un côté, l’affirmation consensuelle généralisée de «l’aspiration de l’immense majorité de nos concitoyens à vieillir à domicile» est psalmodiée au fil d’un discours des politiques publiques.

 

D’un autre côté, l’observation des parcours résidentiels montre, non seulement des changements d’habitat, mais de surcroit des fins de vie en dehors de ce qui pourrait être considéré comme un «domicile personnel». L’analyse scientifique ne peut se contenter de pointer une contradiction entre discours public et faiblesse des moyens publics mis en œuvre comme l’illustre le report incessant en France de la création d’une 5e branche de la sécurité sociale apte à accompagner l’émergence puis le développement d’un 5ème risque à côté de l’assurance maladie.

 

Certes, l’absence de ressources allouées à la question de la dépendance a dénaturé (Guillemard 1979) une ambition politique au fil des années. Nous postulons, pour notre part, qu’ambition et moyens ne sont pas sans lien dans une logique commune qui s’avère ségrégative.


 

Résumé

À partir d’une large enquête menée de 2017 à 2023 dans un service d’aide à domicile, nous tenterons de montrer combien la crise du Covid a affecté les métiers du secteur, questionné les identités professionnelles et transformé les pratiques.

 

Intervenantes

  • Nathalie BURNAY, Professeure en sociologie à l'UNamur et chercheuse à l'Institut Transitions de l'UNamur et à IACCHOS de l'UCLouvain. Elle travaille depuis de nombreuses années sur l’analyse des fins de carrière et du vieillissement au travail dans une perspective d’ouverture disciplinaire et interdisciplinaire.
  • Amélie PIERRE, anthropologue chargée de cours à l'UNamur. Elle est chercheuse à l'Institut Transitions de l'UNamur.

Discutant

  • Pierre BRASSEUR, Professeur en sociologie, il est membre du centre de recherche METICES chargé de cours à l'ULB.

 


Résumé

Aujourd’hui, la majorité des interlocuteurs s’accorde à dire que la maison de repos est devenue un lieu de soin où, accessoirement, des personnes âgées vivent. La crise Covid n’a fait qu’amplifier ce phénomène. Ce séminaire sera l’occasion d’apporter un éclairage sur ce qu’est devenu le milieu institutionnel, ses origines et les conséquences sur la société, les directions, professionnels du secteur, les résidents et leurs proches.

Sur base des connaissances scientifiques actuelles, des recherches que nous avons nous-mêmes menées à l’Université de Liège et de nombreux entretiens avec des interlocuteurs du secteur, ce séminaire aura pour but de proposer et d’illustrer des valeurs et principes guidant une évolution du secteur. La maison de repos doit (re)devenir un lieu de vie de qualité pour tout adulte vieillissant, quel que soit son niveau de dépendance, et pour tout professionnel travaillant à ses côtés.

 

Présentation

  • Pierre MISSOTTEN, docteur en Psychologie, il est collaborateur scientifique du service de Psychologie du vieillissement de l’Université de Liège. Co-responsable de LyAge, Spin-off ULiège spécialisée vieillissement (consultance, évaluation, formation et suivi d’équipe).

Discutante

  • Sylvie CARBONNELLE, socio-anthropologue et chercheuse du CDCS asbl, elle a mené des recherches en lien avec le Covid dans les maisons de repos et de soins de la région bruxelloise.